Accueil

Accueil

Parce que les animaux existent pour eux-mêmes , au même titre que nous les animaux humains, parce que nous n’avons aucune légitimé morale, hormis celle que nous nous attribuons par de faux arguments d’espèce qui serait supérieure, aucune justification de nécessité de nous nourrir ,nous couvrir de produits animaux, nous n’avons aucun droit de les exploiter, les utiliser de quelque manière que ce soit…

Parce qu’il n’est pas admissible de tolérer leur mort prématurée, leur enfermement, sous couvert d’amélioration de leurs conditions de vie qui ne seraient que des conditions d’exploitation, tandis qu’ils désirent vivre librement dès lors qu’ils sont au monde, nous demandons l’abolition totale de toute forme d’exploitation.

Ce site est crée pour les animaux et toute personne désirant devenir vegan, il se veut donc résolument abolitionniste. Vous pourrez y trouver des liens, des dossiers, des photos, une rubrique nutrition végane, etc …

A vous de le faire vivre pour eux …pour faire avancer la reconnaissance de leurs vrais droits, droit d’être, droits de tous les êtres ….pour une société humaine en chemin vers le veganisme…


“Nous avons besoin poser sur les animaux un regard plus sage et probablement, plus mystique. Éloigné de la nature universelle par de compliqués artifices, l’homme civilisé regarde les autres créatures à travers le prisme de son savoir et voit ainsi une plume agrandie ou une image toute déformée. Nous les traitons avec condescendance, pour ce destin tragique d’avoir pris forme si en-dessous de la notre.

Cependant nous sommes totalement dans l’erreur.

Car les animaux ne devraient pas être mesurés par l’homme. Dans un monde plus vieux et plus complexe que le notre, ils évoluent finis et complets, dotés de sens que nous avons perdus ou jamais atteint, écoutant des voix que nous entendrons jamais. Ils ne sont pas nos frères, ils ne sont pas nos subalternes: ils sont d’autres nations, emprisonnés avec nous dans le filet de la vie et du temps, nos compagnons de cellule de la splendeur et de la peine de la terre.”

Henry Beston – The Outermost House


« Lutter pour le bonheur des hommes n’implique pas de laisser torturer les bêtes, et enchaîner un veau dans l’obscurité n’a jamais rendu la liberté à un prisonnier politique. Le combat pour les animaux n’est pas dissociable du combat pour les hommes[…]. Si la question animale n’est pas posée maintenant par ceux qui pensent librement, c’est-à-dire sans conformisme intellectuel, sans intérêt économique, et sans crainte du ricanement, par qui le sera-t-elle jamais? Pour autant, aussi longtemps qu’elle restera l’affaire des philosophes et des mémères à chats, l’essentiel manquera pour que s’accomplisse enfin dans les mentalités ce qu’on aimerait entendre par « humanité » dans tous les sens du terme. »

Armand Farrachi, Les Ennemis de la Terre, p. 35-36, 1999 © Exils